Les MANRS accueillent le 500e opérateur de réseau Thumbnail
‹ Retour
MANRS (Mutually Agreed Norms for Routing Security) 3 décembre 2020

Les MANRS accueillent le 500e opérateur de réseau

Aftab Siddiqui
Par Aftab SiddiquiSenior Manager, Internet Technology - Asia-Pacific

Aujourd’hui, nous sommes heureux de vous faire part d’une étape importante pour l’initiative MANRS (Mutually Agreed Norms for Routing Security) : le nombre de participants au programme des opérateurs de réseau est désormais de 500.

Cette initiative communautaire a permis à ces opérateurs de réseau, grands et petits, du monde entier, de prendre des mesures spécifiques et concrètes pour améliorer la résilience et la sécurité de l’infrastructure de routage intrinsèquement peu sûre de l’Internet.

Les problèmes de sécurité systémique liés à la manière dont le trafic est acheminé sur Internet en font une cible relativement facile pour les criminels. Les MANRS contribuent à réduire les menaces de routage les plus courantes et à améliorer l’efficacité et la transparence des relations d’échange de trafic entre les fournisseurs de services Internet (FSI).

La croissance du programme des opérateurs de réseau – le plus ancien des trois aujourd’hui – s’est accélérée ces dernières années. Lancé en 2014 en collaboration avec un groupe de neuf opérateurs, il a fallu quatre ans au nombre de participants au programme pour atteindre la centaine en 2018. Ce nombre a fortement augmenté au cours des deux dernières années, 156 ayant rejoint le programme en 2019 et 244 jusqu’à présent en 2020.

Les 500 opérateurs de réseau gèrent au total 651 systèmes autonomes, certains d’entre eux gérant plusieurs réseaux.

Entre-temps, le programme des points d’échange Internet (IXP), que nous avons lancé en 2018, compte désormais 60 participants, tandis que le programme des réseaux de diffusion de contenu (RDC) et des fournisseurs de Cloud, lancé en avril, en compte 14.

Qui sont les participants ?

Les participants au programme des opérateurs de réseau sont répartis dans plus de 60 pays sur tous les continents, le Brésil étant en tête avec 139 participants, suivi par les États-Unis avec 57. Voici un aperçu des principaux pays participant au programme des opérateurs de réseau depuis novembre 2020 :

Pays Nombre de participants
1 Brésil 139
2 États-Unis 57
3 Multi* 44
4 Italie 24
5 Royaume-Uni 17
6 Allemagne, Japon et Pays-Bas 13
7 Canada 12
8 Bangladesh, Russie 9
*Multi désigne les réseaux basés dans plus d’un pays.

Si l’on considère la participation au niveau régional (voir le graphique ci-dessous), l’Amérique du Sud – ou Amérique latine – a une avance considérable sur la région suivante, en grande partie grâce à la performance particulièrement remarquable du Brésil. L’Europe et l’Amérique du Nord arrivent respectivement en deuxième et troisième position. Ce graphique montre clairement que nous avons encore beaucoup à faire dans des régions comme l’Afrique, l’Asie-Pacifique et le Moyen-Orient !

Source : données MANRS

Que font donc les participants ? Comme le montre le tableau suivant, près de la moitié d’entre eux sont des fournisseurs d’accès Internet, selon les données fournies par PeeringDB. Ils fournissent généralement des services tels que l’accès à Internet, le câble et la ligne numérique d’abonné, le transit Internet et l’hébergement Web, entre autres. Les autres groupes importants sont les fournisseurs de services réseau, dont les principales fonctions consistent à donner aux FSI l’accès à la dorsale Internet, ainsi qu’aux réseaux de recherche et d’éducation.

Sources : PeeringDB, données MANRS

L’impact des MANRS

Le nombre d’incidents de routage signalés a diminué, passant de plus de 5 000 en 2017 à moins de 4 000 cette année jusqu’à présent (en novembre 2020), tandis que le nombre de réseaux MANRS dans les trois programmes suit une nette tendance à la hausse au cours de cette période, selon les données BGPStream et MANRS.

Bien que cela ne signifie pas nécessairement que les deux phénomènes sont liés, une corrélation peut être observée. D’autres facteurs, notamment la sensibilisation croissante aux bonnes pratiques de routage et d’autres efforts similaires, ont également joué un rôle. Néanmoins, le changement positif auquel les MANRS ont contribué est très encourageant.

Progresser ensemble

Les MANRS démontrent que, lorsque la communauté se réunit pour créer une base de sécurité de routage pour les opérateurs de réseaux du monde entier, nous pouvons protéger le cœur de l’Internet. La croissance rapide de la communauté témoigne également d’un sentiment croissant de responsabilité partagée entre les opérateurs de réseau.

La nature interconnectée des réseaux signifie que de nombreuses solutions ne fonctionnent que lorsque d’autres réseaux apportent les mêmes améliorations. Comme aucun opérateur ne peut agir seul, c’est par des actions collectives, comme les MANRS, que des progrès sont réalisés.

Bien davantage à faire

Nous continuerons, à l’avenir, à préconiser la participation aux MANRS auprès des opérateurs de réseaux, des IXP et des fournisseurs de CDN et de Cloud, où nous pouvons avoir le plus grand impact. En 2021, nous travaillerons également avec les fournisseurs d’équipements dans le cadre d’un nouveau programme – restez à l’écoute pour plus d’informations à ce sujet !

Parmi les nombreuses activités nouvelles et passionnantes que nous vous réservons pour 2021, nous prévoyons de continuer à proposer des initiatives de leadership, comme les programmes d’ambassadeurs et de bourses des MANRS, à faire participer différentes communautés et à renforcer les capacités des ingénieurs du réseau dans le monde entier.

Que vous gériez un FSI, un IXP, un CDN ou un réseau sur le Cloud, rejoignez la communauté croissante des MANRS afin de protéger ensemble le système de routage Internet.


Image de San Fermin à Pampelune-Navarre via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde