Comment les IXP peuvent contribuer à la transformation numérique au Moyen-Orient Thumbnail
‹ Retour
Développer l'infrastructure et les communautés techniques 3 novembre 2020

Comment les IXP peuvent contribuer à la transformation numérique au Moyen-Orient

Nermine El Saadany
Par Nermine El SaadanyRegional Vice President - Middle East

En septembre, l’Internet Society, en coopération avec le Middle East Network Operators Group, a organisé un atelier en ligne sur les points d’échange Internet (IXP). Cet atelier faisait partie d’une série d’ateliers lancés par l’Internet Society pour favoriser un dialogue ouvert et une coordination avec les gouvernements et les autres parties prenantes afin de concrétiser la transformation numérique dans les pays arabes. L’année dernière, plusieurs gouvernements, dont l’Arabie saoudite, le Koweït, Oman, Bahreïn et la Jordanie, ont participé à ces ateliers.

Ces discussions ont servi de cadre à deux textes stratégiques : Rapport sur l’infrastructure Internet au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et Lignes directrices sur la sécurité de l’infrastructure Internet pour les États arabes. Les rapports soulignent que favoriser et développer les quelques IXP régionaux existants, tout en en créant de nouveaux, est une condition essentielle au développement de l’Internet dans la région.

L’atelier de septembre était divisé en deux parties. Au cours de la première, un certain nombre d’experts d’Afrique, d’Europe et d’Asie ont partagé leurs expériences en matière de création et de fonctionnement des IXP. La deuxième partie était consacrée à un échange ouvert avec les participants.

L’atelier visait à expliquer le rôle de chaque partie prenante dans la mise en place et le fonctionnement des IXP. Il a également permis de passer en revue les meilleures pratiques appliquées dans le monde entier, en s’appuyant sur les expériences de l’Italie au Pakistan.

Les IXP constituent un moyen direct d’échanger du trafic, afin de rendre l’Internet moins cher, plus rapide et plus accessible aux utilisateurs du monde entier. Un certain nombre de ces points font défaut à la région arabe, d’où la nécessité de créer davantage d’IXP et de développer ceux qui existent déjà.

Lors de la session de septembre, j’ai parlé des objectifs de l’Internet Society : accroître l’accès et la stabilité des services Internet à court terme et faire en sorte que la croissance future repose sur une base solide, en veillant à ce que les IXP soient placés au bon endroit.

La session était animée par Yousef AlHusayan, qui a expliqué que selon son expérience des IXP, les problèmes techniques étaient les plus faciles à résoudre. Se concentrer uniquement sur la recherche de solutions à des problèmes techniques peut revenir à se concentrer sur de faux problèmes. Il est essentiel de mettre en place les bonnes politiques et de parvenir à une entente entre les différents bénéficiaires. Le problème auquel il faut s’attaquer est du genre « Qui vient en premier, la poule ou l’œuf ? ». À l’heure actuelle, les fournisseurs de services Internet attendent que les créateurs de contenu fournissent du contenu, tandis que les créateurs de contenu attendent que ces entreprises fournissent l’infrastructure nécessaire.

Mauro Magrassi, directeur de la technologie de MIX IXP en Italie, a longuement parlé de la situation des IXP en Italie et des défis rencontrés à leurs débuts. Il a donné un aperçu historique de l’IXP, créé en 2000 et doté maintenant d’une capacité de plus de 6,8 Tbit/s avec plus de 200 réseaux connectés. Il a également évoqué les principes de planification de leur IXP de la localisation des centres de données aux critères de sélection en passant par les défis techniques auxquels ils ont été confrontés.

Ghislain Nkeramugaba, consultant régional en IXP en Afrique, a commencé par définir les IXP et par explorer la situation actuelle dans le monde, en soulignant la pénurie d’IXP au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Il a ensuite décrit les différentes structures administratives des IXP et leurs facteurs de succès, qui comprennent la création d’une entité officiellement enregistrée et l’élaboration d’un plan réalisable visant à établir une communauté autour des IXP.

L’un des fondateurs de l’IXP du Pakistan, Ahmed Bakht, également responsable de la sécurité numérique à l’Organisation des télécommunications du Pakistan, a parlé de l’expérience du Pakistan et a présenté des chiffres et des statistiques sur l’impact des IXP sur les vitesses de réponse entre les différents réseaux.

Enfin, Michuki Mwangi, directeur principal de la technologie et du développement de l’Internet de l’Internet Society, a parlé des meilleures pratiques en matière d’établissement et d’exploitation des IXP, en s’appuyant sur son expérience des échanges Internet dans le monde entier, y compris au Moyen-Orient.

Les experts ont répondu à des questions sur le modèle idéal pour établir le premier IXP d’un pays et sur leur rôle dans la réduction de l’épuisement des réserves de liquidités étrangères. Ces questions sont abordées dans le rapport de l’Internet Society Ancrage de l’écosystème Internet africain : Leçons tirées de la croissance des points d’échange Internet au Kenya et au Nigeriaqui montre que les entreprises de télécommunications ont économisé des millions de dollars en installant des IXP dans les pays au lieu de payer les opérateurs internationaux.

La deuxième partie de l’atelier a consisté en une session fermée de débats entre des experts gouvernementaux de plusieurs pays arabes sur les défis et les difficultés auxquels la région est confrontée lors de la mise en place d’IXP. Ils ont également discuté des différentes opportunités disponibles, étant donné la demande croissante de solutions techniques dans la région, et la nécessité pour les États et les agences gouvernementales de réglementer ce secteur.

L’Internet Society prévoit de renforcer ses interactions avec les gouvernements et les communautés techniques du Moyen-Orient au cours de l’année prochaine, notamment en soutenant la mise en place et le fonctionnement des IXP dans la région.

Lire le Rapport sur l’infrastructure Internet au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et les Lignes directrices sur la sécurité de l’infrastructure Internet pour les États arabes.


Image d’A M via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde